Voyager à l’encontre des a priori

Voyager commence toujours par un fantasme. On a toujours à l’esprit une image fabriquée de la région que l’on va découvrir : ses paysages, ses habitants, sa culture, sa gastronomie. Ce fantasme a été construit à partir de photographies ou films que l’on a pu voir, de lectures, de musiques, et d’expériences partagées par d’autres.

Dans le cas des Balkans, le fantasme est d’autant plus grand que l’on ne parle quasiment jamais de cette partie de l’Europe, surtout depuis que les différents conflits régionaux se sont apaisés. C’est triste, mais c’est à travers la guerre que ces pays se sont fait connaître. Aujourd’hui, les médias ne s’intéressent plus à ces territoires, la littérature qui leur est consacrée est rare et limitée à un cercle de quelques auteurs, les reportages contemporains ne sont pas monnaie courante…

Certains pays balkaniques tirent leur épingle du jeu depuis leur entrée dans l’Union Européenne (années 2004 et 2007) et leur ouverture au tourisme, comme la Croatie (entrée prévue au 1er juillet 2013), la Slovénie, la Roumanie, la Slovaquie. Mais la région qui nous intéresse, qui va du Monténégro à la Bulgarie en passant par l’Albanie et la Macédoine, ne fait que très rarement l’objet d’attention.

A partir de ce constat, l’imagination tourbillonne et c’est là que tous les clichés se bousculent. Au risque de choquer le lecteur, voici un peu ce que j’ai dans la tête quand on me parle de « Balkans ». J’imagine des paysages plutôt ruraux, parsemés de villages désolés, des maisons très rustiques avec le minimum de confort, de la tôle et des parpaings, mais de jolies petites églises dans le style byzantin. Des gens peu souriants, méfiants et peut-être un peu agressifs, aux visages durs et marqués par la rudesse des conditions de vie. En termes de gastronomie et de culture, je connais tellement peu de choses que j’ai du mal à m’en faire une image. J’ai en tête le guide parodique sur la Molvanie1 qui présente des habitants appréciant l’eau de vie d’ail, la musique au synthétiseur et les chansons à la rhétorique de guerre froide… A mourir de rire ! Mais un doute persiste : et si c’était vrai ?

Balkanbalkantrafik.com

Le site du Ministère des Affaires Etrangères permet d’affiner un peu les choses en donnant des indications sur l’ambiance générale que l’on peut trouver sur place : société, politique, santé etc. En général, c’est LE site qui dramatise le portrait du pays, celui qu’il faut éviter de lire si on n’a pas pris d’assurance annulation. Ainsi, en traversant les Balkans, on pourra trouver des zones de mines, correspondant aux anciennes zones de combat, on pourra aussi croiser des loups, des ours ou des meutes de chiens sauvages. La nourriture et l’eau ne seront pas toujours fiables du fait du manque d’infrastructures de traitement, la viande est à proscrire, les coupures d’électricité interrompant la chaîne du froid. Dans les villes, attention aux gardes du corps postés à proximité de voitures de luxe, ils sont armés, parfois agressifs et provocateurs… Attention aussi aux faux policiers. Le site nous donne même la marque des véhicules utilisés par les forces de l’ordre locales, pour ne pas se faire avoir. Il faudra également éviter de parler politique et surtout, contracter une assurance rapatriement car le système de santé est de qualité moyenne, voire dangereux et la rage, les hépatites, les gastro-entérites guettent dans certaines zones.

Alors, qui en est ? Heureusement, vues d’avion, toutes ces zones m’ont fait rêver, m’ont donné envie de jouer à saute-montagne, j’ai eu envie d’aller voir de plus près ce qui se tramait là, sous les ailes de l’appareil. Et puis, merci à Shantel, Goran Bregovic, au Balkan Beat Box et Emir Kusturica qui, grâce à la musique et au cinéma, donnent une image fraîche, extrêmement vivante, décalée et déjantée de ces pays.

Parcourir les Balkans, c’est l’occasion rêvée de briser les clichés !

BalkanTrafikLe Courrier des Balkans

Florence.

________________________

1La Molvanie, le pays que s’il existait pas, il faudrait l’inventer, collection Jetlag Travel Guide, Flammarion, 2006.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s