Biogradska Gora, l’empire du moustique

La rivière Tara est notre fil rouge pour rejoindre un second parc national, le Biogradka Gora, avec comme d’habitude, les moyens de transport classiques : nos bons vieux pieds et du stop involontaire ! Après une longue étape d’asphalte, on marque une pause à Mojkovac pour reposer nos mollets raidis par l’effort.

P7290570 (FILEminimizer)

Gorges de Tara
Photo Toto Caribo

P7290589 (FILEminimizer)

Photo Toto Caribo

Une fois requinqués par un régime à base de pizzas, on reprend la route le 1er août, vers un havre de verdure, le parc national du Biogradka Gora : 1600 ha d’une des dernières forêts primaires d’Europe ceinturant un petit lac bleu en forme de 8, à 1000m d’altitude. On nous promet faune et flore endémique et des spécimens d’arbres multiséculaires.

P7300632 (FILEminimizer)

Mojkovac
Photo Toto Caribo

P7310633 (FILEminimizer)

Pizza : 2 euros l’unité
Photo Toto Caribo

Après nous être acquittés du droit d’entrée de 3€ auprès d’une porte de prison, nous marchons les 5 kilomètres qui nous séparent du lac au milieu d’une belle hêtraie. Les arbres, droits comme des allumettes, tutoient le ciel avec leurs cimes. On peine parfois à distinguer leur sommet tellement leur hauteur  est vertigineuse.

Le camping, ou plutôt l’endroit où on a le droit de planter nos tentes, est un vaste parking avec quelques ilots légèrement aménagés entre les racines des arbres géants. Nos tentes sont justes faites pour ces petits espaces étriqués entre les pierres et les racines. Des tables en bois, des lampadaires, un abri avec une grande table familiale, un autre abri avec des éviers amenages en lavabos mais utilises comme frigo pour les boissons des familles venues pour la journee, un local avec 2 toilettes a la turque dans un etat pitoyable, voila les seules commodites qu’offre le dit camping. Pas de douche.

Nos voisins : les moustiques qui attaquent dès lors que nos corps s’immobilisent pour planter une sardine, écrire notre carnet de route, manger quelques amandes. Harcelant en permanence, le moustique est le maître des lieux, il faut composer avec.

En fin de journée, couverts jusqu’aux yeux ou presque pour éviter leur assaut, on s’engage sur le sentier qui fait le tour du lac et qui permet de présenter la flore, la faune locale et les seigneurs des lieux, des frênes, hêtres et ormes dont le plus vieux a 450 ans. On repasse le soir, à la nuit tombée pour faire des photos de la rivière Biogradska qui alimente le lac. Cette séance de technique photo et recherche de cadre idéal va nous emmener jusqu’à la nuit.

P8010704 (FILEminimizer)

Photo Fliflounette

P8010736 (FILEminimizer)

Tour du lac
Photo Toto Caribo

P8010753 (FILEminimizer)

Photo Toto Caribo

P8010759 (FILEminimizer)

La riviere Biogradska
Photo Toto Caribo

P8010765 (FILEminimizer)

Photo Toto Caribo

Nous revenons au campement dans le noir, lors d’une balade sensitive, laissant nos oreilles seules guides parmi les bruits de la forêt. Les craquements permanents des arbres, les fruits qui en tombent, les oiseaux marchant dans la litière qu’on prend pour de grosses bêtes sauvages, les lucioles qui dansent devant nos yeux, les grenouilles qui coassent… La forêt se découvre aussi de nuit !

Le lendemain, réveil à 5h30 tapantes pour une balade de 32 km avec 1200 m de dénivelé qui nous conduit de la forêt aux sommets qui dominent le lac en passant par des prairies alpines vierges de toute habitation. Jolie balade rendue mémorable par une belle rencontre au replat de Bendovac : une maison proposant des boissons gardées fraiches grâce au jet d’une source.

Christophe, Suisse, en vacances avec femme et enfants, Thomas et Colin, dans la belle famille. Teodor, dit Teo, le beau-papa et propriétaire du terrain nous accueille vers 8h, étonné de voir du monde si tôt. Nous nous installons tous ensemble pour partager la première boisson du matin, notre traditionnel thé vert. 8h30, c’est le raki qui remplit nos petits verres. Nous discutons du Monténégro, de la gestion des parcs nationaux encore insuffisante par rapport à la demande touristique, de la corruption du gouvernement, de l’influence encore très forte de la Serbie, des capitaux étrangers, etc. Une longue pause au milieu d’un paysage de rêve, au creux de la montagne, en compagnie très agréable.

P8020771 (FILEminimizer)

Bendovac
Photo Toto Caribo

P8020770 (FILEminimizer)

Teodor, Colin, Christophe

Le raki nous donne de l’entrain mais rallonge le sentier bizarrement ! Nous poursuivons jusqu’à notre objectif du jour, le Crna Glava à 2139 m mais les indications données par le parc étant tellement peu précises, on se trompe de chemin et on part vers un autre sommet, sur un terrain militaire jonché d’antennes et des paraboles et où une rencontre aux mains baladeuses va écourter notre contemplation de la vue.

P8020778 (FILEminimizer)

Photo Toto Caribo

C’est rincés qu’on retournera s’enfoncer dans notre forêt pleine de moustiques prêts à piquer. Pour les éviter, et surtout nous délasser, une bonne baignade dans le lac qui a fraichi depuis la veille selon Silvère. C’est bon pour nos mollets ça ! Sitôt sortis de l’eau, l’armada nous assaille et devant la violence de l’attaque, seul le vêtement nous donne une impression de sécurité. Le lendemain, ce sont de véritables nuages de ces satanées bestioles qui se ruent sur le moindre centimètre carré de peau laissé imprudemment à l’air libre. Fuyons, et vite !

Florence.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s