Milovan et la maison des fous

Dimanche 4 août

Après une journée de marche en pleine chaleur dans le massif montagneux au nord de la capitale, nous arrivons éreintés à Podgorica grâce à nos transporteurs de bois Dragan et Davor.

Un petit rafraichissement, un sms envoyé à la propriétaire de l’appartement que nous avons loué, il est 17h30 quand nous nous remettons en route avec nos sacs sur le dos. Seulement 2,3 km nous séparent de l’appartement, soit pas plus de 30 minutes à pied. Mais voilà, ce qui est en apparence simple peut rapidement se compliquer. Un détail, un seul et tout bascule !

Nous suivons les instructions données par le serveur de notre pub irlandais (un des rares ouverts ce dimanche). Tout droit jusqu’à l’hôtel Crna Gora et ensuite, à gauche puis tout droit. Simple comme bonjour.

La fatigue trompe notre vigilance et nous allons légèrement trop loin et dépassons l’hôtel. Spontanément, on compte demander de l’aide aux gens dans la rue. Nous apercevons un groupe d’employés de sécurité qui attendent le bus pour rentrer chez eux. On s’approche de l’un d’entre eux et demandons notre chemin pour retrouver le boulevard Pera Ćetkovića, notre appartement se situant au 131.

La personne que nous interrogeons ne parle pas anglais. L’homme appelle un collègue, qui s’approche à son tour, mais ne parle pas non plus anglais. Ils interpellent les autres collègues qui suivent la scène avec curiosité pour trouver quelqu’un qui pourra nous répondre en anglais. Bientôt, une dizaine d’hommes en treillis noir et t-shirt beige « Security » gravitent autour de nous. Personne ne semble connaitre le boulevard. Chacun essaie de donner son avis quand un jeune homme nous indique la direction à suivre, en anglais. Cela concorde avec ce que nous avait dit le serveur.

On repart, tranquillement, nous sommes sur la bonne route. Passés les grands hôtels dont un Hilton en construction, on traverse une partie de la ville qui ressemble plus à des rues de petite ville, avec un horizon qui se dégage de plus en plus. Etonnés, on demande confirmation dans un snack.

Valérie, prénom français pour cette Monténégrine aux yeux maquillés de bleu flashy, ne connait pas le boulevard. Elle demande à Milovan, un client du snack s’il connait. Milovan ne connait pas. Mais Milovan a le cœur sur la main, et quand on lui demande de l’aide, il va au bout de la démarche.

Milovan va interroger les autres clients du snack installés en terrasse. Trois hommes dont un jeune boutonneux accroché à son téléphone portable vont débattre de la direction à prendre. Sans le savoir, on est à ce moment-là à 1km de notre but.

Après des palabres de 10 bonnes minutes, Milovan semble savoir où se trouve notre boulevard. Comme cela semble loin, il décide de nous y conduire en voiture. Enchantés et touchés par le geste, nous embarquons à bord de la Golf break grise.

Milovan nous emmène dans la direction opposée à celle d’où on vient. Et quand la route devient longue, avec Silvère, nous commençons à douter sérieusement de l’endroit où il nous emmène. On tente de dire à Milovan que notre appartement est situé dans la zone de la gare ferroviaire, mais il préfère continuer, suivant scrupuleusement les indications des clients du bar. On arrive au quartier des ambassades. On se trouve maintenant à 5 km de notre appartement.

Notre accompagnateur demande à une femme du quartier où se trouve le boulevard Pera Ćetkovića. Elle ne connait pas du tout. Il tente une deuxième chance auprès d’un chauffeur de taxi, qui lui, évidemment, saura nous dire. Le taxi confirme ce qu’on disait, c’est vers la gare. Demi-tour.

Podgorica

Le boulevard Pera Ćetkovića est pourtant assez central…
(Google Maps)

Nous repassons devant le snack de Valérie, saluons morts de rire les clients toujours en place qui nous regardent passer interloqués. Enfin, Silvère aperçoit notre boulevard et le signale triomphalement à Milovan. Et là, il se passe quelque chose qui reste encore un mystère pour nous aujourd’hui : Milovan s’arrête au numéro 38 pour demander son chemin !!!!!!!

Avec Silvère, on se regarde, réprimant un fou rire, mais aussi un peu d’agacement. A priori, en suivant les numéros, on trouvera notre 131… Mais non, ce serait trop facile. Milovan demande dans la rue où se trouve notre appartement, et évidemment, comme rien ne l’indique, il est très improbable que quelqu’un de la rue le sache. Une femme qui vend des bricoles sur le trottoir montre le prolongement du boulevard en nous proposant tout simplement de le suivre, mais on ne comprend pourquoi Milovan ne semble pas convaincu !

Il nous fait signe de remonter dans la voiture. Il nous emmène dans une autre rue, derrière notre boulevard. Milovan va demander conseil auprès de l’hôtel Ideal. Les tenanciers, désagréables au possible nous disent que la rue n’existe pas, nous demandent combien on a payé pour notre appartement. Ils ont dans l’idée de nous faire atterrir chez eux. Je m’énerve un peu, agacée par ce mensonge éhonté. On sort de l’hôtel.

Milovan trouve des jeunes dans la rue, il leur demande d’appeler la propriétaire de l’appartement pour demander le chemin. La propriétaire propose de venir à notre rencontre car nous sommes à 200 m seulement du lieu… Nous patientons. La dame arrive avec sa fille, danseuse d’opéra, qui est notre interprète.

Milovan nous emmène tous en voiture à l’appartement, se gare 200 m plus loin, sur le petit parking. Très touchés mais épuisés, nous le remercions chaleureusement pour son dévouement, sa générosité et sa patience.

Il est près de 20h quand la clé tourne dans la porte…

Florence

P8040812 (FILEminimizer)

Etat de fatigue avancé à notre arrivée à Podgorica le 4 août, avec de belles marques de bronzage

Publicités

2 réflexions sur “Milovan et la maison des fous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s