Tony, le sourire avant de quitter la Macédoine

22 août, Delčevo, Macédoine.

La frontière n’est plus qu’à une dizaine de kilomètres. La Bulgarie et ses yaourts nous tendent les bras ! Dans la suite logique de notre journée à thème « autostop », nous nous postons à la sortie de la ville de Delčevo pour y intercepter une voiture qui irait jusqu’à la frontière.

Un break rouge s’arrête à notre hauteur : « What the f**k are you doing here guys ? » La voix, c’est celle de Tony « Goldy ». Son accent britannique parfait, il le tient de son travail à l’ambassade de Macédoine, à Londres. Il sort de sa voiture pour engager la conversation avec nous. Il est curieux de savoir ce que nous faisons, d’où on vient, où on va, en combien de temps etc. Notre aventure lui plait car elle lui rappelle ce qu’il a lui-même entrepris avec deux amis lorsqu’il était plus jeune.

Tony « Goldy » a tout de l’homme « cool », relax. Un brin américain dans son attitude nonchalante mais assurée, le contact facile, un « guys » amical qui revient dans chaque phrase. Très vite une familiarité s’instaure entre lui et nous. Selon lui, il aurait fallu faire le stop tôt le matin car c’est le moment privilégié que les gens choisissent pour passer la frontière. Après quelques secondes de réflexion, il décide de nous emmener lui-même jusqu’aux postes de contrôle.

Sur la route, Tony, grand et musclé comme une armoire, parle de ce qu’il aime par-dessus tout : la pêche à la mouche. Cette passion lui permet d’accéder à des zones vierges de touristes, inconnues des circuits mais qui sont pourtant de vraies merveilles. Grâce à la pêche, il a découvert sans doute les paysages les plus beaux au monde, là, tout près de la Bulgarie, sur ses terres macédoniennes. C’est le cœur qui parle.

Tony aime mettre le nez dehors, une chose que ne lui permet guère son travail à Londres. En Angleterre, dès qu’il le peut,  il s’évade vers les havres de nature à proximité de chez lui, pour pêcher, chasser mais aussi partir à la recherche d’objets métalliques enfouis dans le sol.

Ses yeux bleus brillent lorsqu’il nous parle des êtres qui lui sont les plus chers : sa famille et ses amis. Ce sont les choses primordiales dans la vie et il tient énormément à ces moments de partage avec eux. Cet après-midi, il va d’ailleurs accompagner son fils pour une descente en VTT dans la montagne environnante. Cet homme est l’animal social par excellence. Il nous rappelle très régulièrement qu’il connait tout le monde ici, sur ses terres, et  les gens l’identifient sous le nom de Tony « Goldy » car avant de partir pour l’Angleterre, il tenait une bijouterie qu’il a aujourd’hui laissée à son frère.

A la frontière, il se met en quête de son cousin, qui travaille sur place, pour qu’il nous mette en relation avec un éventuel automobiliste qui pourrait nous descendre à Sofia. Tony connait tout le monde alors si ses relations peuvent nous aider en quoi que ce soit, il sera heureux ! Il aime les gens, le contact humain, une sorte de sixième sens pour lui et c’est exactement ce qu’on ressent dans cette poignée de maın que nous échangeons  avant de nous quitter, comme des amis de toujours !

Florence

huggy

Huggy les bons tuyaux (Straski et Hutch)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s