Sofia, c’est pas encore ça…

C’est amers que nous rejoignons Sofia, après notre déception avec le chauffeur routier ; ne pouvant pénétrer dans la ville avec son engin, il nous dépose à l’entrée de la capitale.

Le premier contact avec la ville manque de poésie : barres d’immeubles pas très hospitalières, un échangeur routier qui vomit des dizaines de voitures, bref, pour le glamour, on repassera… Les buildings qui doivent dater de l’ère communiste du pays semblent s’étendre à l’infini, les murs sont ternes, les trottoirs défoncés, on se croirait sous l’ère glorieuse de l’URSS.

Après une trentaine de minutes à essayer de nous frayer un chemin dans ce dédale, et bien, toujours pas de centre. Avec très peu d’informations sur la capitale, si ce n’est un plan de la ville, on décide donc de se réfugier dans une cafeteria, pour essayer de trouver du wifi et avoir plus d’informations sur Sofia et ses hôtels. Les femmes y travaillant esquissent un sourire en nous voyant arriver et demander le code internet. Le tourisme y semble développé et c’est sans problème qu’une myriade d’hôtels nous tend les bras. On établit notre top 10 et décidons de prendre un taxi pour traverser les faubourgs. Idée du siècle car ils semblent s’étendre sur des kilomètres!

Notre chauffeur nous dépose dans ce qu’on découvrira plus tard comme étant le centre-ville. Même armés de notre carte, pas facile de se diriger dans ces rues, le cyrillique y faisant loi. Après une bonne quinzaine de minutes d’errements, l’hôtel se dessine enfin à l’horizon. Cette auberge de jeunesse nous semble sympa, murs blancs immaculés, atmosphère propre et moderne, on aperçoit dans le jardin quelques bourlingueurs, on aime. La suite un peu moins, arrivés devant la réception, on attend une bonne quinzaine de minutes, personne. Pas un chat. Grève générale ? La queue entre les jambes, on sort et c’est en franchissant le portail que l’on rencontre finalement ledit réceptionniste. Dans un anglais parfait, il nous indique que l’hôtel est plein, mais qu’il peut nous trouver une solution de rechange. Après un coup de fil express, il nous met en piste pour une autre auberge de jeunesse (notre 2ème choix dans le top 10), à 10 minutes d’ici.

Fatigués mais heureux, on trottine vers notre prochain lieu d’hébergement. On comprend pourquoi notre premier hôtel était plein et celui-là vide… Ambiance est assez … différente. L’endroit est plus sombre, vieillot ; on aperçoit une cuisine au fond, 2 ordinateurs vétustes. L’accueil lui aussi est moins chaleureux, la réceptionniste semble économiser ses mots et elle parait avare de sourires. Peu importe, nous réservons nos lits, dans un dortoir qui semble vide, et débarrassé de nos paquetages, on se rue, affamés, sur la ville, prêts à dévorer nos premiers yaourts bulgares.

Le deuxième contact avec Sofia est assez différent, la ville nous semble plus avenante, et a des airs de capitale. De la circulation, des gens dehors, des bars, c’est sans peine que nous trouvons notre diner. On décide de s’arrêter dans un restaurant qui propose des formules soupes/salades, parfait pour nos estomacs affamés et soucieux de bien manger. L’exploration de Sofia continue et c’est sur l’équivalent des « Champs Elysées » que l’on tombe. Pléthore de cafés, restaurants, cette ville ressemble à s’y méprendre à nos capitales européennes. Malheureusement, le dépaysement des Balkans nous semble loin…

La nuit en dortoir, ce n’est pas par les ronflements de nos voisins ou l’arrivée nocturne d’un noctambule qui nous réveille, mais plutôt le vacarme de la rue et les moustiques. Voitures, chiens, cris… et j’en passe…. L’absence de climatisation nous pousse à laisser les fenêtres ouvertes, malgré tout. Le réveil le lendemain est matinal, et plutôt difficile. Au programme de cette journée, dévaler les pistes du parc national de Vitosha, à deux pas de la capitale.

Yann

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s