La randonnée au long cours, un sport exigeant

Rhodopes, c’est le nom du  massif montagneux situé entre le sud-est de la Bulgarie et le nord de la Grèce, réputé pour sa variété de paysages. Frustrés de notre expérience avortée dans les montagnes du Rila, les Rhodopes deviennent donc notre nouveau terrain de jeu du 29 août au 3 septembre inclus. Outre la randonnée, on cherche également a rencontrer les Bulgares. Depuis que nous avons passé la frontière, nous restons sur notre faim en termes de contact humain. Sachant que dans les autres pays, les campagnes ont toujours été l’occasion de belles rencontres, nous souhaitons ardemment qu’il en soit de même en Bulgarie.

Topographic_Map_of_Bulgaria_Francais

Wikipedia

De la rigueur mais beaucoup de plaisir !

Pour la découverte de ce massif, nous nous sommes fixés quelques règles :

–          Nos mollets musclés devront traverser le massif jusqu’au moment où nous frapperons à la porte de la Turquie, après la ville de Svilengrad.

–          Un objectif de 25 km de marche par jour, avant de pouvoir bénéficier du bonus « autostop » si toutefois nous en avons besoin pour rallier un endroit plus lointain.

–          Dormir en tente pour renouer avec les sensations de liberté totale, avec un petit plus si on trouve un endroit avec une rivière qui nous permettrait de pouvoir nous offrir le luxe d’une toilette avant de dormir. On souhaite enchainer 2 nuits en tente puis une nuit en dur pour une bonne douche et une nuıt dans un lit douillet.

–          Essayer de retrouver le chemin de randonnée européen, le E8 avec lequel on joue au chat et à la souris depuis Borovec et qui demeure introuvable !

football-coach_pan_13073

inc.com

Top départ

Ce 29 août, le réveil est pimpant, le coup de mou physique de la veille a été littéralement effacé par une bonne nuit de sommeil dans un lit douillet. La magie de la randonnée fait que sitôt que je pose le sac à dos sur mes épaules, les douleurs récalcitrantes au ventre disparaissent instantanément. On quitte donc Borovec et sa station de ski fantôme le cœur léger, avec la sensation que nous irons loin, très loin aujourd’hui.

L’excitation est maximale, nous sommes littéralement euphoriques dès les premiers pas. La notion d’addiction au sport et à la randonnée est devenue une évidence au cours de ce périple à pied. Le besoin presque vital de mettre nos corps en mouvement se ressent dès qu’une journée un peu moins active vient de se terminer. Pourtant, nous savons que ces temps « morts » sont nécessaires pour permettre aux organismes de se remettre d’un effort physique intense, mais il ne faut pas qu’elles se succèdent car on a rapidement la sensation désagréable que notre esprit se ramollit, à la même vitesse que nos muscles.

La randonnée, une hygiène de vie

Si l’addiction à la randonnée et au sport se fait autant ressentir ce n’est pas seulement pour l’activité en elle-même, c’est surtout que la randonnée au long cours implique une série de paramètres indispensables si l’on souhaite avancer loin et longtemps. Il faut « ménager sa monture » et donc bichonner nos organismes.

Cela passe par une alimentation équilibrée et suffisamment riche pour satisfaire les besoins engendrés par au moins 5h de marche journalière, avec dénivelé ou non, mais avec un sac de 12 kg sur le dos. La météo est un paramètre également important car le froid en altitude peut accélérer la dépense énergétique. Si on est conscient de toutes ces notions, alors l’alimentation est le secret numéro 1 de la réussite d’un long périple. Et outre l’aspect technique, c’est un vrai plaisir de bien manger et de s’amuser à composer ses repas ! D’ailleurs, merci à Silvère, le conseiller diététique partenaire du séjour.

Le secret numéro 2 du voyage au long cours, c’est le sommeil. Loin d’être une contrainte, la gestion du sommeil est un vrai plaisir qui nécessite finalement que peu d’organisation. Il suffit tout simplement d’écouter son corps et de savoir s’arrêter au bon moment, dès lors que la fatigue, non seulement physique, mais aussi intellectuelle, s’installe. En randonnée itinérante, avec nuits en tente, le sommeil est calé sur le rythme du soleil. On se lève quelques heures après son apparition, et on essaie de se coucher 1 heure après lui maximum. On évite de prendre le repas au faisceau de la lampe frontale car cela retarde l’heure du coucher et c’est beaucoup moins bucolique que la contemplation de l’astre déclinant.

Si l’endroit où la tente a été plantée correspond à un minimum de confort (pas ou peu de pente, peu de cailloux, à distance suffisante de la rivière pour éviter le froid induit par l’humidité), la nuit sera bonne. Le délai entre le moment où l’on s’installe en position horizontale et le moment où l’on s’endort excède rarement 15 minutes. C’est la preuve que nous sommes à l’écoute de notre organisme, alors inutile de le contrarier, surtout si l’effort doit se poursuivre sur plusieurs jours.

Infirmiere_photo_ancienne_Archives_BIDARD

Archives Bidard

Dernier paramètre mais non le moindre, le bichonnage de notre moyen de locomotion, nos pieds. Comme le reste du corps, les pieds du randonneur doivent faire l’objet d’une attention accrue, particulièrement le soir. Ainsi, avant la tombée de la nuit, les novices nous prendront pour de drôles d’oiseaux, immobiles, dans des postures d’échassiers ou de contorsionnistes. Et pourtant, sans ces précieuses minutes passées à nous étirer, nos gambettes ne pourraient pas repartir fraiches et disposes le lendemain. Passer outre cette règle peut conduire à des situations comme à Mojkovac au Monténégro, lorsque nos jambes étaient incapables de se déplier entièrement, nous imposant l’arrêt pur et simple.

Le soin des pieds, par les étirements, mais aussi par l’entretien des ongles, l’hydratation locale pour éviter que la corne ne devienne une gêne, et des automassages de la plante des pieds jusqu’aux muscles des jambes permettent une récupération en douceur. Ajoutez à cela une hydratation régulière pour éliminer efficacement les toxines qui s’accumulent dans les tissus.

C’est avec tous ces paramètres en tête que nous quittons Borovec, le sourire jusqu’aux oreilles, prêts à avaler les kilomètres !

concours-110732

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s