Les montagnes du Rila, une autre fois…

Le 26 août sonne pour Yann comme la fin de ses vacances en terre balkanique. Pour nous, la route continue et c’est non sans joie que nous nous apprêtons à quitter Sofia, la grande ville, pour nous enfoncer à travers la campagne bulgare que nous avons hâte de découvrir.

Nous avons cette fois jeté notre dévolu sur le parc national du Rila, un massif de montagnes tutoyant les 3000 m d’altitude situé au sud de Sofia. On a très envie de revivre les sensations fortes connues au parc du Durmitor (Monténégro) : gravir des montagnes pour s’offrir des vues panoramiques, avaler du dénivelé et surtout, planter la tente à nouveau pour retrouver le plaisir de dormir sous les étoiles.

Départ le 27 août pour rejoindre Borovec, une ville que l’on n’a pas choisie au hasard. En effet, c’est de cette ville que part un réseau de sentiers reliant les sommets les plus hauts du massif, en traversant le Rila du nord au sud. Mais Borovec c’est aussi et surtout le point de départ supposé de la section bulgare du sentier de randonnée européen, le E8 (nous en reparlerons dans un prochain article).

C’est sous la pluie que nous arrivons là-bas, obligés de terminer notre longue marche en stop pour éviter la douche ! Pour la première fois du séjour, la météo contrecarre nos plans… Faut-il y voir un signe ?

Une fois à Borovec, une succession de petits détails rendent la préparation de cette traversée de massif montagneux très laborieuse : on dispose d’une bonne carte, mais pas d’indications concernant les refuges qui se trouvent sur notre route. Proposent-ils des repas ? Vendent-ils de la nourriture pour les randonneurs en itinérance ? Personne à Borovec n’est capable de nous éclairer précisément et surtout, avec certitude. Sans cette information capitale, il est très difficile de prévoir les vivres à emporter avec nous.

La nourriture justement. Borovec est une ville entièrement tournée vers une clientèle qui a les moyens de venir skier, le plus souvent en pension complète dans les hôtels. Les infrastructures pour la saison estivale sont quasiment inexistantes car il n’y a pas de randonneurs ici. Le seul moyen de manger est d’aller au restaurant car les traditionnels mini-markets ne proposent rien qui puisse composer un repas complet et équilibré. Seuls des confiseries ou des paquets de gâteaux apéritifs, chips en tous genres et sodas sont proposés, le tout à des prix exorbitants. L’idée de se nourrir avec des cookies et autres sucreries pendant 2-3 jours nous déprime au plus haut point. D’autre part, cela ne convient absolument pas à l’effort qu’on s’apprête à fournir.

On décide néanmoins de tenter au moins la première étape jusqu’au pic de Musala (2925 m) et selon ce qu’on trouvera sur place, on poursuivra notre randonnée ou non. Mais voilà, c’était sans compter un obstacle déterminant qui se dresse face à nous le matin du départ.

Silvère n’est vraiment pas en forme : courbaturé, sensation de mollesse générale, nausées, le réveil est difficile. De mon côté, j’ai depuis quelques jours le système digestif en vrac, je perds de l’énergie rapidement et le sac à dos qui me compresse le ventre n’arrange rien aux douleurs… On décide néanmoins de prendre le départ, en espérant que notre soif de randonnée dépassera tout cela. Hélas, au bout de 2-3 kilomètres, la situation devient compliquée. İl faut se rendre à l’évidence, grimper à près de 3000 m dans cet état n’est pas raisonnable. Silvère n’a qu’une envie, se coucher et dormir. Pour moi, manger du riz est l’objectif du jour, avec en plus du repos pour permettre aux organismes de se remettre d’un couac physique non identifié.

Terriblement frustrés, le plan B ne tarde pas à émerger : on va rassasier notre envıe d’effort en s’attaquant à un autre massif, les Rhodopes.

Florence

Musala

Terriblement frustrés de manquer cela…
skyscrapercity.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s