Débriefing matériel !

Voici l’article spécial « drogués » du matériel de randonnée ! Je rappelle, pour éviter qu’on ne se méprenne sur mes intentions, que je fais partie de ces geeks du gore-tex, du cordura et du vibram ! 🙂

Rien de tel qu’un voyage au long court, du type je-trimbale-ma maison-partout-où-je-mets-les-pieds- pendant-2-mois pour tester la robustesse, l’efficacité et la pertinence du matériel embarqué. Ainsi, mon retour personnel sera peut-être utile à de futurs nomades en plein préparatifs ou des équipementiers soucieux d’améliorer leurs produits…

Avant de commencer, il faut que je précise les conditions générales du voyage :

–          beaucoup d’autonomie : nombreuses nuits en tente et journées pique-nique

–          météo : quasiment 2 mois de soleil, quelques rares pluies, généralement sous forme d’orage, qui sont toujours intervenues à des moments où nous pouvions nous abriter, donc pas de marche prolongée sous la pluie.

CONVAR368 (FILEminimizer)

Yann, en gare de Skopje (Macédoine)
Photo Toto Caribo

* * *

Le débriefing reprend les catégories du tableau que j’avais présenté avant de partir, pour une meilleure lecture et un accès facilité à mes commentaires. Je n’évoque dans ce retour matériel que ce qui me semble intéressant de préciser.

Abri 

–          Je suis très contente de ma tente, qui avait déjà de la bouteille, mais qui a été tout simplement parfaite sur ce voyage. Un petit trou à réparer dans le tapis de sol, mais c’est tout. Grâce à une météo très coopérante, la tente n’a pas eu à subir de pluie.

Hygiène

–          La trousse de toilette de Deuter est très pratique avec ses compartiments et poches zippées. Le crochet est un vrai plus.

–          Le savon d’Alep a été utilisé jusqu’au bout. Finalement, je n’ai pas osé l’utiliser pour les dents, ayant acheté un tube de dentifrice classique sur place, mais une prochaine fois, promis !

–          La brosse à dent pliable était une erreur : elle n’a pas tenu une semaine. Les poils de nylon se détachaient facilement, peu rigides, ils restaient écrasés à chaque brossage.

–          La serviette de toilette Sea To Summit est devenue la bête noire de mon séjour car très peu absorbante, malgré les arguments de vente du fabricant. Dès l’instant où elle était humide, impossible de continuer à se sécher avec car pleine d’eau. Certes j’avais choisi un petit modèle (small), sans doute plus adapté à la toilette du visage par exemple. Cependant, on trouve chez Décathlon des serviettes à peine plus grandes et beaucoup plus absorbantes. La prochaine fois, je repartirai avec celle de Décathlon, même si elle est plus lourde et plus volumineuse.

Cuisine

–          Les couverts de chez Baladéo sont vraiment top en terme de confort pour manger. A noter pour les puristes, l’apparition de petites traces de rouilles sur certains petits rivets.

–          La poivrière/salière Primus s’est ouverte plusieurs fois dans la poche de mon sac à dos, sans être malmenée pourtant, se vidant à chaque fois de son contenu. Peu fiable, j’ai donc arrêté de l’utiliser rapidement.

Sécurité

–          Les médicaments nous ont servi de temps en temps et étaient parfaitement adaptés à nos petits maux ou désagréments.

–          La trousse de secours n’a heureusement pas beaucoup servi, si ce n’est la couverture de survie qui est venue en complément de sac de couchage pour Silvère lors de quelques nuits en altitude.

–          Le mousqueton ne m’a strictement pas servi mais je le garderai néanmoins lors de mes prochains voyages en sac à dos, ça peut toujours servir.

Couchage

–          Le sac de couchage Décathlon S5 light est vraiment très bien, mais je préférais le modèle précédent qui possédait, en plus de la capuche ajustable, une collerette ajustable au-dessus des épaules pour isoler plus efficacement le corps.

–          Le drap de soie de Décathlon ne m’a pas beaucoup plu car lorsque je me couchais sans avoir pu me laver ou dans des conditions humides, celui-ci n’était pas du tout respirant et j’avais les jambes qui collaient au drap. Assez désagréable. C’est dommage parce qu’en terme de poids, c’est un vrai avantage par rapport à un drap de coton 3 fois plus lourd. Je me pose alors la question du tissage : est-ce qu’avec une qualité supérieure, la respirabilité est accrue ?

–          Le matelas Thermarest NeoAir Xlite R : MON accessoire fétiche car c’était un vrai régal de l’utiliser, même si le rangement restait un peu long le matin. Mais pour 2 mois à dormir en tente ou presque, la qualité et l’épaisseur du matelas étaient des critères incontournables à mon confort. Autant je peux faire des concessions dans bien d’autres domaines, autant la qualité du sommeil est primordiale. C’est mon côté princesse sans doute… 🙂

CONVAR453 (FILEminimizer)

Le voyage est serein quand on n’a pas à se préoccuper du matériel (dans le train vers Kočani, Macédoine)
Photo Fliflounette

Vêtements

–          Pantalons : au fur et à mesure que les semaines passaient, ils sont vite devenus trop grands ! Heureusement, j’avais une petite ceinture qui m’a permis de les garder accrochés à la taille…

–          Je n’ai pas eu besoin de me fabriquer de jupe de pluie.

–          La veste de pluie de chez Arc’Téryx est vraiment très efficace. Il ne faut pas hésiter à investir dans du bon matériel lorsqu’on le peut car c’est vraiment un plus de confort et de protection.

–          En ce qui concerne les débardeurs et T-shirts, la prochaine fois, je modifierai mon choix. Je ne prendrai qu’un seul débardeur parce qu’en terme de protection vis-à-vis du soleil et des frottements du sac à dos, le t-shirt est plus adapté. De plus j’étais parfois à court de t-shirt (comme je les préférais aux débardeurs) alors un ou deux de plus n’auraient pas été de trop. Dans un prochain voyage, je prendrai donc 2 t-shirts « techniques » pour les efforts soutenus, 2 t-shirts en coton pour les efforts moins violents et tenues de rechange, plus 1 débardeur « technique ».

(NB : par « technique », j’entends des textiles en fibres synthétiques qui évacuent rapidement l’humidité du corps et sèchent vite. C’est tellement plus agréable que de frissonner parce que le t-shirt en coton est humide et va le rester longtemps !)

–          Les chaussures de marche Merrell Calia Mid Waterproof étaient comme des chaussons pour moi. J’ai démarré le trek alors qu’elles étaient neuves (j’ai pris le risque d’avoir des ampoules), et je n’ai eu ni douleurs, ni ampoules, ni frottements désagréables. De plus, l’accroche est vraiment bonne et l’imperméabilité réelle ! Je recommande vivement ce modèle, mais attention, pas pour deux mois de marche avec sac à dos. En effet, l’amorti s’est usé relativement rapidement car l’enchaînement de longues marches associées à un surplus de 12kg minimum en plus de mon propre poids ont eu raison de la semelle. (Voir mon petit incident physique en Bulgarie). Pour un prochain effort de ce type, je privilégierai des chaussures avec une semelle plus épaisse et plus dure. Avant de partir j’avais beaucoup hésité à prendre des chaussures de trek, épaisses et robustes à souhait mais j’avais finalement opté pour la légèreté. Je ne referai pas l’erreur.

Rangement

–          Rien à redire ni sur le sac de rangement de 18L, ni sur le sac à dos, très confortable et ultra fonctionnel. Un imbécile a juste écrasé sa cigarette dessus à l’aéroport de Paris, du coup il a un joli trou… Les ravages du tabagisme !

Autres

–          J’ai eu besoin d’un second carnet car je suis assez bavarde dans mes récits de voyage (ça se voit un peu, non ?)

–          Pour les photos, il aurait fallu prendre un disque dur pour les décharger au fur et à mesure car à force de passer dans les ordinateurs des cybercafés balkaniques , nos cartes SD ont attrapé des rhumes et nous sommes actuellement toujours en train d’essayer de récupérer l’intégralité de nos souvenirs… Une bataille dont on se serait bien passé, surtout pour ce genre de voyage. Si des gens connaissent des solutions pratiques et futées pour revenir avec toutes les photos du voyage, je prends !!

CONVAR513 (FILEminimizer)

Panne de papier. Quand y’en n’a plus, y’en a encore !
Photo Yann

* * *

Voilà mon retour matériel, assez long j’en conviens. Si vous avez des remarques, des suggestions, des tuyaux (je suis encore novice en la matière), je serai ravie de les lire !

Dans l’ensemble, je trouve que mon sac à dos était plutôt bien préparé : très peu de superflu et du matériel adapté au type de voyage que l’on entreprenait. Hormis quelques petits défauts rapidement corrigés et le cas de mes chaussures de marche, le matériel que j’ai emporté avec moi n’est jamais devenu une préoccupation handicapante pour le bon déroulement du voyage. Le petit plus est que je reviens avec de nouvelles réflexions qui feront que le prochain voyage sera encore plus abouti !

Florence

P9010121 (FILEminimizer)

Un sac bien préparé vous emmènera loin ! (Les Rhodopes, Bulgarie)
Photo Fliflounette

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s