[Article Invité] J’AI TESTE POUR VOUS – Real/Barça : une rencontre aux relents politiques

La finale de la Coupe du Roi, qui opposait mercredi soir le Real Madrid et le FC Barcelone à Valence a une nouvelle fois été le théâtre de tensions politiques. Aux cris d’ »indépendance » ont succédé les sifflets de l’hymne national sous les yeux du Roi d’Espagne Juan Carlos, présent dans les tribunes. Revivez avec lepetitjournal.com cette rencontre, où il n´a pas été question que de sport.

20 heures : Mestalla est électrique. Une foule blanche d’un côté, sang et or de l’autre, se presse pour venir « vivre » cette rencontre pas comme les autres. Car si les commentateurs insistent sur la dimension sportive du match, la réunion est aussi l’occasion d’en découdre entre défenseurs d’une Espagne unie et centralisée, et partisans de l’indépendance de la Catalogne. Même sans place en poche, de nombreux supporters ont fait plusieurs centaines de kilomètres pour assister au match historique dans des bars aux abords du stade. Il faut dire, Valence n’est pas une hôte neutre. La ville est partagée entre ses liens avec Madrid et son identité valencienne, marquée par l’usage d’une langue, le valenciano, très semblable au catalan.

Finale de la Coupe du Roi (photo lepetitjournal.com)

Les services de sécurité, déployés en grand nombre autour du stade, tentent de contenir et diviser les deux groupes de supporters. Un hélicoptère tourne autour de l’enceinte de béton, à quelques dizaines de mètres au dessus des gradins. A l’extérieur, les bières coulent à flot et les esprits s’échauffent : une jeune fille s’est perdue dans le camp des Madrilènes  avec un maillot du FC Barcelone, elle sera copieusement insultée. Même chose pour cet autre supporter de Barcelone pourtant entouré par deux amis pro-Real Madrid. Bousculé, il repartira tant bien que mal, sonné par la violence des propos.

20h30 : La rencontre commence dans une heure. Les chants indépendantistes catalans résonnent à présent dans les rues autour du stade. Un « In-de-pend-ancia » auquel les supporters du Real de Madrid répliquent depuis 2012 « es polaco el que no bote » (littéralement, celui qui ne saute pas est un Polonais). Façon de rappeler aux Catalans que s’ils ne veulent plus être Espagnols, ils ne sont plus les bienvenus en Espagne. Pire, ils sont désormais des étrangers. Ambiance…
L’heure approche : A l’arrière du stade, un groupe de supporters « ultras sur » du Real Madrid effectuent des saluts fascistes en toute impunité en fixant les gradins où sont positionnés des supporters catalans.

Petit à petit le sport a repris ses droits, mais ce qui s´est passé sur la pelouse, en dit long sur l´Espagne d´aujourd´hui
Le stade est finalement plein à craquer. Malgré une avarie sur son avion, le roi Juan Carlos arrive à l’heure. Il se dresse à la tribune officielle et observe le terrain. C’est l’heure que tout le monde attend : l’hymne national. La marcha real. A peine les premières notes de musique retentissent qu’une partie du stade se met à huer copieusement l’hymne et le Roi. De leur côté les Madrilènes répondent en applaudissant de plus belle dans une ambiance survoltée. Juan Carlos, impassible, continue d’arborer un sourire de façade.

Le match peut enfin commencer : sur le terrain comme dans les tribunes. Les « Independancia » répondent pendant 90 minutes aux « Viva España » et la danse des drapeaux espagnols et catalans ne s’arrêtera jamais. A plusieurs reprises, les bancs madrilènes entonnent un « Puta Barça, puta Cataluña ! ».
Heureusement, sur le terrain les tensions laissent peu à peu place au football. Et les joueurs des deux équipes, parmi lesquels de nombreux membres de la Roja, l’équipe nationale d’Espagne, donnent à voir un très beau jeu. C’est finalement la performance de Gareth Bale et de son équipe qui sera félicitée par la victoire. Un à un, les joueurs du Real Madrid reçoivent le trophée de la main du Roi, dans une atmosphère un peu plus apaisée.

Le football se sera finalement imposé face à la politique. De justesse.

Jeanne Bartoli (www.lepetitjournal.com- Espagne) vendredi 18 avril 2014

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s