Marilyn et la Semaine Sainte

Cette semaine, les catholiques célèbrent la Semaine Sainte qui se termine par le dimanche de Pâques, jour de la Résurrection de Jésus. Dans toute l’Espagne, pays de tradition catholique, ces fêtes religieuses sont l’occasion pour les habitants de passer le long week-end en famille à la campagne ou d’assister aux processions dans les villes et villages. La Catalogne n’est pas la région la plus religieuse d’Espagne, contrairement à l’Andalousie et notamment Séville où la ferveur est bien plus marquée. Chaque année, des milliers de personnes font le déplacement pour assister aux célébrations dans les grandes villes d’Andalousie. A Barcelone, le jour du Vendredi Saint, jour de la Passion du Christ, on peut assister aux fameuses « rondas de Los Passos », ces processions au cours desquelles des chars défilent très lentement dans les rues. Deux cortèges partent respectivement de l’église Sant Agustí dans le quartier du Raval (procession Nuesto Padre Jesús del Gran Poder y María Santísima de la Esperanza Macarena) et de l’église Sant Jaume dans le Gótico (procession Nuestra Señora de las Angustias). Nous avons assisté à la première procession, partant du Raval, dont le tracé audacieux traverse la Rambla, gorgée de touristes à cette époque. « Il doit y avoir quelque chose, il y a plein de gens qui attendent… » s’interroge un touriste français, très peu au fait du calendrier des festivités. Devant ses yeux, les avertis se serrent sur les trottoirs, le long des bandes de sécurité fixées par la police, jouant des coudes pour trouver la meilleure place le long du cortège. Positionnés sur la Rambla, ce n’est que vers 17h30 que la procession arrive à notre niveau, soit une demi-heure pour faire 200 m. Il faut savoir que si le parcours est court, la durée du défilé, elle, est très longue, presque 5h au total ! Le cortège commence par deux gardes à cheval, suivis de pénitents portant des cierges à la main. Un premier char, un « paso », arrive, représentant le Christ portant sa croix. Des musiciens donnent le rythme de progression avec tambours, cornemuses, trompettes et autres cuivres. D’autres pénitents, à la tenue caractéristique suivent les musiciens. Certains marchent pieds nus, avec des chaînes fixées à leurs chevilles. 5h de marche lente les attend. Un deuxième char arrive, celui de la Vierge Marie, suivi également d’un nouveau groupe de musiciens et d’autres pénitents.

Début du cortège avec les deux gardes à cheval, suivis des employés municipaux prêts à ramasser les déjections...

Début du cortège avec les deux gardes à cheval, suivis des employés municipaux prêts à ramasser les déjections…

Pénitents

Pénitents

Les chars richement décorés sont portés à dos d’hommes, cachés sous la structure, et qui avancent de manière synchronisée suivant le rythme de la musique. Chars, musiciens et pénitents adoptent ce même mouvement de balancier, lent et caractéristique de la procession, qui renforce la solennité et le recueillement à leur passage. Les pénitents ou « nazarenos » sont revêtus de tenues qui font étrangement penser aux membres du Ku Klux Klan, mais il n’en est rien. La coiffe conique, « el capirote » est héritée du Moyen-Age, de la période de l’Inquisition, cette institution chargée de faire appliquer strictement les pratiques de l’Eglise Catholique. Les condamnés portaient une coiffe similaire sur laquelle étaient peints soit des motifs en lien avec le délit commis, soit le châtiment qui leur était infligé, comme par exemple les flammes de l’enfer. Le voile permet de masquer le visage et ainsi préserver l’identité du pénitent, tandis que la forme conique de la coiffe est destinée à le rapprocher du Ciel. Cette dimension de pénitence a été adoptée par les confréries sévillanes au XVIIe puis a ensuite été reprise dans la plupart des villes espagnoles.

Des applaudissements saluent parfois le cortège qui avance à la vitesse d’une tortue. Une pointe d’humour surgit soudain dans ce moment de recueillement lorsque la procession passe au pied du musée de…l’Erotisme, situé sur la Rambla. Comme argument publicitaire, une Marilyn de chair et d’os aguiche le touriste depuis un balcon du musée, où un ventilateur savamment placé soulève régulièrement sa robe, dévoilant ses jolies gambettes. La belle adopte des postures toutes plus sensuelles les unes que les autres, en conservant néanmoins le glamour de Marilyn. Tout de même. Sauf que, le jour du Vendredi Saint, Marilyn n’est pas en congé, et même si le char figurant le Christ arrive à son niveau, Marilyn continue de se tortiller. Quelques secondes plus tard, au balcon, ce sont deux policiers qui apparaissent : Marilyn est fortement conviée à rester cachée, le temps de la procession. Le musée n’a pas souhaité communiquer sur sa baisse de fréquentation le Vendredi Saint.

Le musée de l'Erotisme et  Marilyn (photo Pavelkounine)

Le musée de l’Erotisme et Marilyn
(photo Pavelkounine)

Publicités

2 réflexions sur “Marilyn et la Semaine Sainte

  1. C’est vrai que c’est assez étrange tout de même ces cagoules noires ! Et niveau ambiance dans le publique, c’est comment ? Plutôt solennel ou plutôt bon enfant ?

    • Salut Laurent !
      Effectivement, les coiffes des pénitents inspirent plutôt la crainte et même si elles n’ont rien à voir avec la tenue des membres du Ku Klux Klan, la période à laquelle elles se réfèrent n’est pas non plus idyllique.
      Compte tenu de la situation de mon poste d’observation, la Rambla, le public était en majorité composé de touristes. Malgré cela, on a entendu des applaudissements le long du cortège, tout particulièrement au passage des chars, une prouesse physique pour les porteurs ! Ambiance plutôt au recueillement globalement : la musique, très sobre, presque martiale, la lenteur de la progression, les tenues des pénitents et le thème religieux propre au Vendredi Saint, tout cela rendait l’instant solennel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s